Girlfriend’s Guide to Divorce

drama
• genre: drama (avec du lol) (la vie quoi)
• format: 46 minutes
• saisons: saison 1, 13 épisodes, finie. Renouvelée. 
• diffuseur: Bravo 
• créateur: Marti Noxon (Buffy contre les vampires) (bon gars donc), d’après les livres Girlfriend’s Guide, de Vicki Lovine
Le délire : Tellement pas celui qu’on attend. Mais tellement pas. Voyez plutôt les personnages principaux > Trois meufs. Pardon. Trois femmes. Moyenne d’âge 40 ans, toutes mères de deux enfants. La série tourne autour d’elles, et voilà. De prime abord, je me suis donc dit “Okkkkayyy, série pseudo féministe à la con qui va vouloir démontrer qu’on peut être maman et femme nianianiania, que mener une carrière ET baiser n’est pas incompatible avec le fait de cuisiner pour ses enfants et de les amener à l’école tous les matins”. Ca vaaaa, on saiiiiit, ciao. Et je sais plus trop pourquoi mais en fait j’ai lancé l’épisode 1. Si je sais pourquoi, pour Lisa Edelstein (la boss/meuf de Dr House). J’ai donc lancé l’épisode 1. Puis 2. Puis 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. J’étais arrêtée deux jours (angine assez vilaine, très contagieuse :/) (bienvenue dans les coulisses de ma vie, est-ce gênant ?), deux jours au lit avec Girlfriend’s Guide to divorce, et j’ai kiffé de fou. J’étais loin, bien loin de mes préjugés, la série est d’une fraîcheur ineffable, qui m’a d’autant plus cueillie que je ne pensais pas la trouver ici. Moi qui adore la jeunesse en plus, team jeunes. J’adore les petites meufs, au-delà de 25 ans ça ne m’intéresse plus vraiment. Et maintenant j’adore Abby, Phoebe, et Lyla. Et Delia. Alors qu’on est plus ou moins dans le “être maman et femme nianiania, job sexe et biberon nianiania”, mais c’est trop bien fait. C’est bien fait. La comparaison avec Sex and the City est facile. Mais valable. La formule marche. C’est intelligent (même si la série revêt dans certaines scènes un côté un peu absurde, celui du quotidien des privilégiés dans les banlieues les plus huppées de LA) plein d’auto-dérision, sans prétention, efficace. Cette série se fait le miroir de la vie de ces femmes mûres (lol) (non mais sérieux), et moi qui ai eu 23 ans en octobre, je ne me suis pas sentie exclue. Alors que j’ai rien à voir avec. Mais rien. Pas d’enfant, pas 40 ans, pas auteure sur le déclin ni ex mannequin blindée ni avocate, pas de mari, pas d’ex-mari, pas de maison achetée avec un mari, la ménopause je m’en balek, la maternité pareil, bref. Juste, c’est très souvent fascinant de réalisme sur les rapports humains, et l’amour, la haine, le sexe, la jalousie, le remord, la tendresse, qu’on ait 16 ou 46 ans, ça nous parle. Mdr. Vrai ou faux ? Allez. S’il y avait eu 3 000 autres épisodes je les aurai regardés. Vivement la saison 2. Belle performance pour la chaine (jusqu’alors cantonnée à la real tv). Bravo, Bravo.

Pour > les gens de 7 à 77 ans (plus les filles quand même) (honnêteté, pas misandrie)
Pas pour > les gens de 0 à 7 et de 77 à 100+ ans

La note : 8.9/10 
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s