The Strain

dramahorror
• genre: horreur, drame, et autres joyeusetés
• format: 1h pour l’e01
• saisons: en diffusion depuis le 13 juillet
• diffuseur: FX
• créateurs: le grand Guillermo Del Toro, et son poto Chuck Hogan

Le délire: Un délire de vampires. Mais fini les vampires trop beaux qui chopent des humaines, des fées, et vivent à la cool au milieu des gens normaux (Vampire Diairies, True Blood), fini les séries de vampires pour teens qui sexualisent au maximum la créature et te font penser qu’une morsure dans le cou n’est que préliminaire. Fini, et merci. L’adaptation des nouvelles éponymes de Del Toro et Hogan rafraichit le genre, et nous plonge dans une ambiance glauque, opaque, et effrayante. L’épisode 1 dessine les grandes lignes d’une saison prometteuse: plus de 200 passagers d’un avion sont retrouvés morts, sur leur siège. Aucune trace de lutte, aucune marque apparente, juste une espèce de coupure, comme une perfusion que seul le légiste saura déceler. Ephraim Goodweather, épistémologiste star, a été dépêché sur les lieux pour prendre part à l’enquête, forcé de délaisser sa thérapie de couple, cause de toute façon peine perdue. Un virus inconnu est alors désigné comme l’explication à cette hécatombe. Même l’espèce de cercueil flippant, non enregistré et retrouvé dans la soute de l’avion, même le vieil arménien et son épée tentant de les mettre en garde qui leur donne l’astuce de trancher la tête de tous les corps infectés, même la vidéo de surveillance qui semble dévoiler le monstre l’espace de quelques centièmes de secondes, rien ne les met sur la voie. On les comprend. On ne va pas blâmer des scientifiques émérites de privilégier la piste d’une maladie foudroyante, à la renaissance d’un monstrueux vampire hyper hostile à l’apparence alien. Mais on aimerait bien qu’il capte le doss assez rapidement quand même lol. Deux humains, ou presque humains on sait pas trop trop, semblent en revanche parfaitement au courant de ce qui se trame, et pleinement satisfaits de la tournure que prennent les choses. Ces deux mecs semblent riches, des hommes de pouvoir, capables apparemment de contrôler le monstre, ou du moins capables de ne pas en avoir peur. Ils sont chelous, on sait direct que ce sont les méchants, et pour l’instant dans cette série, mieux vaut être de leur team que de celle des gentils chercheurs et médecins. Ce qui m’a le plus frappé dans ce premier épisode, c’est la voix off qui introduit et clôture le pilote. Et qui parle d’amour. Textuellement, “Il y a une autre force, une faim d’un autre type, une soif ineffable qui ne peut être étanchée. Son existence propre est ce qui nous définit en tant qu’humain. Cette force, c’est l’amour.” … “L’amour est notre grâce. L’amour est notre perte.” Ah ok ptdr. Comprendre que les gars retrouvés vidés de leur sang ne sont en fait pas tout à fait morts, portent le gêne du monstre-vampire, et vont être animés d’une seule volonté: revoir leurs proches. Et malheureusement, les contaminer. L’angoisse est totale.

Pour> la fanbase de Del Toro, qui je pense ne sera pas déçue, et pour tous les morts vivants qui me lisent, je les embrasse (mais de loin lol pas pour de vrai lol jsuis pas folle lol)
Pas pour> les ringards qui pensent que y a un monstre dans l’armoire ou sous le lit, le monstre il est dans la soute à bagages d’un avion en provenance de Berlin

La note: 8.4/10, et ça va sans doute monter en puissance

 

 

Agathe Auproux –

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s